Etes-vous bien assuré contre un sinistre professionnel ?

C’est une histoire vécue en 2018 au sein d’une entité de la BU BtoB d’ENGIE, qui mêle entreprise et syndicalisme :

Madame X est responsable d’un service fonctionnel composé d’une vingtaine de collaborateurs. Carrière sans anicroche, compétences professionnelles reconnues par tous, même si parfois sa rigueur pouvait ressembler à de la rigidité.

Depuis 10 ans dans la même entreprise, elle a toujours considéré que les syndicats ne servaient pas à grand-chose. Toutefois, dans des circonstances exceptionnelles, elle pensait que l’action syndicale pouvait peut-être avoir quelque utilité.

La belle entreprise de Madame X fut fusionnée avec une autre belle entreprise du Groupe. Rien de choquant ni sur le fond, ni sur la forme : « la vie économique suit son cours », comme disait Madame X dans le passé.

Dans le passé, parce que depuis les choses ont évolué. Le poste de Madame X faisait doublon avec celui d’une personne de l’entreprise absorbante. Et là patatras ! Fini la carrière linéaire : place à la placardisation et aux réprimandes. Tout y passe ! Ce qui était bien hier, devient médiocre voire intolérable aujourd’hui.

Elle est écartée de façon informelle mais efficace des lieux de décisions. Les informations utiles à son travail ne lui arrivent plus ou avec retard. Son supérieur se met à contester systématiquement ses idées et la met régulièrement et publiquement en porte-à-faux. Elle reçoit de plus en plus souvent des mails de son manageur lui demandant injustement de rectifier le tir. Etc, etc… pour recevoir, un samedi matin, une lettre recommandée de son facteur contenant une convocation à un entretien préalable à un licenciement.

Madame X désemparée, ne sachant que faire et n’ayant pas les moyens financiers de se défendre commence à chercher conseils et aides au sein de son entreprise. Mais malheureusement de nombreuses portes restent closes. Etonnant ? A votre avis, quelle compagnie d’assurance va couvrir une personne qui vient la solliciter quand le sinistre est déjà survenu ?

Continuant sa recherche, Madame X vient à frapper à la porte de la CFTC ENGIE. Là, elle trouve des militants CFTC à son écoute, qui la réconfortent, la conseillent et l’accompagnent juridiquement. Grâce au temps bénévolement passé, à leur énergie et à leur bienveillance, ils ont réussi à prouver la bonne foi de Madame X et à trouver un accord à l’amiable avec la Direction de son entreprise.

Aujourd’hui, Madame X se rend compte qu’un syndicat c’est nécessaire. Disposer d’une écoute, de conseils, d’un soutien juridique ce n’est pas simplement utile, c’est tout simplement indispensable. Si Madame X avait été adhérente à la CFTC, elle aurait bénéficié automatiquement, dès le début de son calvaire, d’un accompagnement juridique prévu dans son adhésion.

Le cas de Madame X n’est pas isolé au sein de notre Groupe. Il est même fréquent.

Conformément à l’article 9 du Code civil, votre adhésion à un syndicat est confidentielle. Par conséquent, si vous ne divulguez pas votre appartenance à un syndicat, personne n’en sera informée dans l’entreprise. Vos élus CFTC locaux restent disponibles pour vous accompagner dans votre démarche (rubrique « Vos contacts  »).

Accès à la version PDF