8 mars 2020 : la Journée Internationale pour les Droits des Femmes

Comme chaque année, le 8 mars est la Journée Internationale des Droits des Femmes. Le thème de la version 2020 est “Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes”. 

Malgré des avancées législatives notables, la CFTC ENGIE constate encore que les femmes restent souvent moins bien payées que leurs collègues masculins, plus rarement nommées à des postes de direction et quasi absentes de certains secteurs d’activité de notre entreprise…

De nombreux freins à l’égalité femmes-hommes doivent donc être levés et pour ce faire tous les leviers nécessaires doivent être actionnés : égalité salariale et ses répercussions sur le montant des pensions, déconstruction des stéréotypes, sécurisation des parcours professionnels, revalorisation des métiers à prédominance féminine, parité aux postes de direction…

Autant de propositions portées par la CFTC, dans le cadre de la consultation publique sur le projet de loi pour l’émancipation économique des femmes, lancée en décembre dernier par le Gouvernement. Porté par la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes Marlène SCHIAPPA, le texte sera présenté en conseil des ministres au printemps 2020. Si le renforcement du rôle économique des femmes est essentiel pour faire progresser leurs droits, la CFTC attend surtout de cette loi les garanties d’une réelle autonomie financière pour toutes les femmes.

En attendant, pour fêter la Journée Internationale pour les Droits des Femmes, voici la nouvelle Web-série de la confédération CFTC :

GYNOCRATIE : LA WEB-SÉRIE CFTC QUI PROMEUT L’ÉGALITÉ F-H !

Formation : le congé de transition professionnelle, un dispositif pour changer de métier

Nous serons tous amenés dans les années à venir à devoir changer plusieurs fois de métiers au cours de notre vie professionnelle. C’est pour faciliter ces reconversions permanentes, que le congé de transition professionnelle (CTP) a été créé.

Le projet de transition professionnelle est une modalité particulière de mobilisation du compte personnel de formation (CPF), permettant aux salariés qui souhaitent changer de métier ou de profession, de financer des formations certifiantes en lien avec leur projet.

Durant sa formation, le salarié bénéficie d’un droit de congé spécifique, du maintien de sa protection sociale, d’une couverture contre le risque d’accident du travail et d’une rémunération minimale :

Pour pouvoir prétendre à ce CTP, le salarié doit :

  1. Justifier d’une ancienneté d’au moins 24 mois, consécutifs ou non, dont 12 mois dans l’entreprise. Ces conditions sont supprimées pour les salariés handicapés ou pour certains salariés licenciés (motif économique et inaptitude).
  2. Informer son entreprise en respectant un délai suffisant :
  • 60 jours avant le début de la formation si celle-ci dure moins de 6 mois ou si celle-ci est à temps partiel.
  • 120 jours avant le début de la formation, si la durée de celle-ci est supérieure à 6 mois.

Ensuite, lorsque l’entreprise reçoit la demande de CTP du salarié, elle dispose de 30 jours pour lui répondre (en cas d’absence de réponse, la demande est officiellement acceptée).

A noter :

  • Une entreprise peut différer une demande de CTP dans la limite de 9 mois maximum.
  • Durant la période de formation, le contrat de travail est suspendu mais non rompu.
  • Les salariés en CDI ou en CDD, les intérimaires et les intermittents du spectacle peuvent bénéficier d’un CTP.

Accès à la page “Projet de transition professionnelle” du Site du Ministère du Travail

Accès à la version PDF

Communiqué de presse de la Confédération CFTC concernant la réforme des retraites

Pantin, Mercredi 11 décembre 2019

COMMUNIQUÉ CFTC

RÉFORME DES RETRAITES : LA CFTC APPELLE À LA MOBILISATION LE 17 DÉCEMBRE

Les annonces ce jour du Premier ministre sur la réforme des retraites n’ont pas convaincu la CFTC. Réunis en conseil confédéral cette après midi, ses dirigeants ont diversement apprécié les mesures explicitées par Edouard Philippe. Si le sentiment d’avoir été entendu l’emporte pour une partie du discours, d’autres annonces sur des points pourtant essentiels laissent un goût amer.

À titre d’exemple, la CFTC accueille favorablement les annonces en matière de droits familiaux. Le futur système accorderait des points supplémentaires pour chaque enfant et ce dès le 1er enfant. Une majoration de 5 % qui serait accordée à la mère, sauf choix contraire des parents avec 2% supplémentaire pour les familles de trois enfants.

D’autres annonces témoignent également du fait que le gouvernement a acté la nécessité d’engager des concertations avec les représentants des secteurs concernés. S’il s’agit de favoriser un déploiement du nouveau système sans conséquences brutales pour les travailleurs et sans effets néfastes pour les niveaux de pensions de certains, la CFTC ne peut être que d’accord.

Concernant la gouvernance du futur système, la CFTC a revendiqué durant toute la concertation une voix déterminante pour les partenaires sociaux, rappelant la gestion responsable et efficace de ces derniers dans le cadre des caisses de retraite complémentaire. Afin de retrouver la confiance de nos concitoyens, le projet de loi devra formuler des règles simples et stables de pilotage du futur système. Il devra surtout garantir aux partenaires sociaux un rôle clé dans la gestion des paramètres essentiels.

Sur ce point, les annonces du jour inquiètent la CFTC. Si le Premier ministre entend bien confier aux partenaires sociaux la fixation et l’évolution de la valeur du point, il fixe dès à présent un âge d’équilibre en ne laissant aux partenaires sociaux que le soin d’en définir les modalités.

Fixer dès aujourd’hui cet âge-cible et le calendrier pour l’atteindre augure mal du rôle attribué aux partenaires sociaux. Le souvenir encore proche et douloureux de la feuille de route fixée par le gouvernement pour la réforme de l’assurance chômage fait craindre le pire à la CFTC.

Autre point de crispation : le peu de précisions apportées sur la prise en compte de la pénibilité . Rien, dans les propos du Premier ministre, ne garantit que toutes les situations de travail réellement pénibles donneront lieu à compensation et ce, quels que soient les statuts.

En conséquence, le conseil confédéral a voté la participation de la CFTC à une mobilisation le 17 décembre. Tout en rappelant son adhésion au principe d’un régime universel par points, elle donnera comme mot d’ordre à cette participation :

1- Le refus de l’âge pivot tel qu’annoncé par le Premier Ministre avant même la mise en place de la future gouvernance

2- L’exigence d’une prise en compte de toutes les situations de travail réellement pénibles comme devant donner lieu à compensation quels que soient les statuts.

Accès à la version pdf

L’assistance juridique de la CFTC ENGIE : un service gratuit pour vous, pour tous !

Il n’est pas toujours facile de savoir à qui s’adresser précisément en cas de problème ou si une question vous préoccupe. C’est pour ces raisons que la CFTC ENGIE met à votre disposition une assistance juridique gratuite.

Ce service a pour objectif de réduire les tensions sociales et les RPS (Risques Psychosociaux), au sein de votre entité. En effet,  il vous permet d’être mieux informé, orienté et assisté, vous aidant ainsi à résoudre à l’amiable vos conflits ou difficultés juridiques. Il est à ce titre un facteur de cohésion sociale au sein du Groupe ENGIE.

Ce service n’est pas seulement un accès à la justice, c’est aussi la promotion d’une information juridique accessible à tous.

Pour un premier rendez-vous :

 

Accès à la version PDF

Elections professionnelles ENGIE Ineo 2019 : la profession de foi CFTC de votre Direction Déléguée

 

Cliquez sur le nom de votre Direction Déléguée pour accéder à la profession de foi CFTC de votre périmètre (2 pages)

INEO ATLANTIQUE
INEO CENTRE
INEO HAUT-DE-FRANCE
INEO INFRACOM/DIGITAL
INEO INTEGRATION DE SYSTEMES (DEXIP/CYBER SECURITE/ISD/TINEA)
INEO ISI/NORMANDIE (INDUSTRIE & SCES IDF/INFRASTRCUTURES IDF/TELESCURITE SERVICE/NORMANDIE)
INEO NUCLEAIRE
INEO POSTES ET CENTRALES
INEO RHONE ALPES AUVERGNE
INEO RESEAU EST
INEO RHT
INEO SIEGE (DELAPLACE.PRO/ICOMERA FRANCE/INEO/AUTOMOTIVE/LOGISTIQUE/MEDIA SYSTEM/RAIL/PLEASE/SINOVIA)
INEO TERTIAIRE IDF

Congé de paternité : un congé supplémentaire de 30 jours en cas d’hospitalisation du nouveau-né

A compter du 1er juillet 2019, le congé paternité pourra se prolonger en cas d’hospitalisation immédiate de l’enfant après sa naissance.

En effet, le décret nº 2019-630 du 24 juin 2019, de la loi de financement de la sécurité sociale 2019, prévoit un congé paternité supplémentaire de 30 jours consécutifs maximum à ajouter aux 11 jours consécutifs (18 jours en cas de naissances multiples) du congé de paternité « classique » et du congé de naissance de 3 jours.

Le salarié devra le prendre dans les quatre mois qui suivent la naissance de son nouveau-né.

Il devra aussi informer son employeur en transmettant un document justifiant l’hospitalisation de son enfant.

Pour bénéficier des indemnités journalières durant la durée du congé paternité, en cas d’hospitalisation de son enfant après sa naissance, le salarié devra communiquer à l’organisme de sécurité sociale dont il relève :

  • un bulletin justifiant de l’hospitalisation de l’enfant dans une unité de soins spécialisés (unité de néonatalogie, de réanimation néonatale, de pédiatrie de nouveau-nés et de nourrisson ou indifférenciées de réanimation pédiatrique et néonatale) ;
  • la copie intégrale de l’acte de naissance de l’enfant, copie du livret de famille ou, le cas échéant, copie de l’acte de reconnaissance de l’enfant par le père ;
  • une attestation sur l’honneur de l’interruption de son activité professionnelle pendant la période d’hospitalisation.

Sachez que l’indemnité financière qui vous sera versée par la sécurité sociale, pour un congé parental, ne sera pas équivalente à votre salaire.

Le bien-être et l’égalité sociale au sein de notre Groupe sont essentiels pour attirer de nouveau profils et de leur donner envie de rester. Au regard de ce qui se passe dans d’autres Groupes, La CFTC ENGIE souhaite qu’une expérimentation puisse être mise en place au sein d’ENGIE et de toutes ses entités : un congé de paternité de 5 semaines « classique », adossé si nécessaire à un congé supplémentaire de 30 jours en cas d’hospitalisation du nouveau-né, le tout avec maintien intégral de la rémunération, nous parait être un bon dimensionnement.

Décret n° 2019-630 du 24 juin 2019 relatif à la création d’un congé de paternité en cas d’hospitalisation de l’enfant

Arrêté du 24 juin 2019 fixant les unités de soins spécialisées visées par l’article L. 1225-35 du code du travail pour l’attribution du congé de paternité en cas d’hospitalisation immédiate de l’enfant

Article L1225-35 du Code du travail

Accès au simulateur de la sécurité sociale permettant de connaître le montant prévisionnel de vos indemnités journalières

Accès à la version PDF

Egalité professionnelle : un accès à la formation pour les femmes toujours inférieur aux hommes chez ENGIE

Lors de la dernière réunion préparatoire du Comité Groupe de France ENGIE du 20 mai 2019, le cabinet SECAFI a présenté son rapport « Analyse sociale premier semestre 2019 ».

Vos élus CFTC ENGIE ont pu constater que :

  • Le taux d’accès à la formation des femmes était toujours inférieur à celui des hommes ;
  • la durée moyenne des stages était de 28h chez les femmes et 31h chez les hommes.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

De plus, au dernier forum social Européen ENGIE du 16 janvier 2019, auquel a participé la CFTC ENGIE, l’économiste Laukas Stemitsiotis de la direction générale de l’emploi et des affaires sociales de la commission Européenne, a informé la Direction d’ENGIE sur la disparation de certains emplois tertiaires en Europe liée à leur mutation digitale actuelle : « Les emplois tertiaires sont en majorité occupés par des personnels féminins, ce sont ces mêmes emplois qui seront impactés les premiers par la digitalisation ».

Lors des NAO* de janvier 2019, vos élus CFTC ENGIE avaient déjà alerté plusieurs Directions BtoB et BtoC sur l’existence de cette inégalité, ainsi que de l’urgence de mettre en place un plan permettant de maintenir l’employabilité des salariés au sein du Groupe ENGIE.

Sachez que la CFTC ENGIE sera particulièrement attentive à ce que le nouvel engagement 2019 de la Direction d’ENGIE « 1 formation par an par salarié », soit 100% appliqué. Nous demanderons aussi que les formations qui seront validées, à partir de 2020, soient toutes qualifiantes.

*NAO : Négociation Annuelle Obligatoire

Accès à la version PDF