Les CFTC ENGIE Axima et Ineo réclament des tickets restaurant et primes paniers pour tous les salariés en activité pendant la période de mars à mai 2020 !

Nous savons tous aujourd’hui que cette crise sanitaire est accompagnée d’une crise économique pour laquelle le gouvernement a dû prendre des mesures d’urgence, comme la possibilité pour les entreprises françaises d’imposer à leurs salariés de l’activité partielle ou du télétravail.

Par contre, ces mesures gouvernementales ne les exemptent pas de leur obligation d’appliquer la loi !

En effet, Coronavirus ou non, le Code du travail s’applique. Même en période de confinement, les droits des salariés restent identiques, qu’ils soient en télétravail ou qu’ils exercent leur travail au sein de l’entreprise (article L. 1222-9 du Code du travail).

De  plus, les salariés ne doivent pas supporter financièrement la mise en place du télétravail pendant la période de confinement. L’article L. 4122-2 du Code du travail dispose en effet que « les mesures prises en matière de santé et de sécurité au travail ne doivent entraîner aucune charge financière pour les travailleurs ».

Il est en outre de jurisprudence constante, que l’employeur doit obligatoirement prendre à sa charge les frais engagés par un salarié nécessaires à l’exécution de son contrat de travail ou de rembourser les dépenses engagées par un salarié pour le compte de l’entreprise. Ces remboursements s’imposent à l’employeur même lorsque la loi, une convention ou un accord ne le précise pas (obligation d’ordre public).

Les CFTC ENGIE Axima et Ineo demandent aux directions ENGIE Axima et Ineo de s’acquitter légalement du paiement des tickets restaurant et des primes paniers pour les collaborateurs en activité durant la période de confinement.

Soyez assurés que sans réponse positive et rapide de vos directions, nous n’hésiterons pas à faire respecter vos droits.

Accès aux courriers et tracts de vos élus CFTC ENGIE Axima et Ineo, envoyées aux directions et aux salariés, concernant le paiement des tickets restaurant et primes paniers :

Lettre recommandée de la CFTC ENGIE Axima à la direction ENGIE Axima

Lettre recommandée de la CFTC ENGIE Ineo à la direction ENGIE Ineo

Tract CFTC ENGIE Ineo à l’attention des salariés

les Organisations Syndicales d’ENGIE réagissent au communiqué de presse du groupe ENGIE sur la cession d’activités employant environ 10 000 salariés en France

Suite au communiqué de presse du groupe ENGIE sur des projets de cession d’activités employant environ 10 000 salariés en France, les syndicats du groupe ENGIE ont envoyé, lundi 18 mai 2020, un courrier au Premier Ministre Edouard Philippe afin de l’alerter sur les conséquences de cette annonce et pour demander à l’Etat, actionnaire de référence possédant un tiers des droits de vote de l’assemblée générale, d’intervenir pour faire cesser ces projets.

Cliquez ici pour télécharger le courrier

Coronavirus : interview de Claire WAYSAN sur l’impact de la crise sanitaire au sein d’ENGIE

Lors d’une interview réalisée par le journal « Les Echos », publiée le 26 mars 2020 , la Directrice Générale par intérim d’ENGIE Claire WAYSAN explique l’impact de la crise sanitaire sur l’activité d’ENGIE et les mesures prises :

Les Echos du 26 mars 2020 : interview de Claire WAYSAN

En complément voici une dépêche de l’AFP, publiée le 24 mars 2020, suite à la lettre ouverte adressée au ministre de l’Économie par les Organisations Syndicales d’ENGIE :

Crise Coronavirus : vos élus CFTC ENGIE restent à votre écoute

Vous trouverez dans cet article tous les documents pouvant vous aider dans cette situation si particulière liée à la crise Coronavirus-Covid-19.

Nous vous assurons que l’ensemble de vos élus CFTC ENGIE dans vos entités sont mobilisés et participent, heure par heure et en temps réel, à des réunions de crise CSE pour analyser et peser chaque décision prise en vue de la mise en place de tel ou tel dispositif, bien entendu en lien avec les Directions.

Sachez que nous restons disponibles par mail et téléphone pour répondre à toutes vos demandes :

Vos contacts CFTC ENGIE Ineo

Vos contacts CFTC ENGIE Cofely

Vos contacts CFTC ENGIE SA et ENGIE Commercialisateur

Vos contacts CFTC ENGIE AXIMA

Les textes du Journal Officiel :

LOI n° 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19 (1)

Décret n° 2020-279 du 19 mars 2020 modifiant le décret n° 2020-260 du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus covid-19

Décret n° 2020-264 du 17 mars 2020 portant création d’une contravention réprimant la violation des mesures destinées à prévenir et limiter les conséquences des menaces sanitaires graves sur la santé de la population

Décret n° 2020-260 du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus covid-19

Décret n° 2020-261 du 16 mars 2020 relatif à l’entrée en vigueur immédiate d’un arrêté

Attestation de déplacement dérogatoire du 23 mars 2020
(à prendre lorsque que vous sortez – à imprimer ou écrire à la main)

8 mars 2020 : la Journée Internationale pour les Droits des Femmes

Comme chaque année, le 8 mars est la Journée Internationale des Droits des Femmes. Le thème de la version 2020 est “Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes”. 

Malgré des avancées législatives notables, la CFTC ENGIE constate encore que les femmes restent souvent moins bien payées que leurs collègues masculins, plus rarement nommées à des postes de direction et quasi absentes de certains secteurs d’activité de notre entreprise…

De nombreux freins à l’égalité femmes-hommes doivent donc être levés et pour ce faire tous les leviers nécessaires doivent être actionnés : égalité salariale et ses répercussions sur le montant des pensions, déconstruction des stéréotypes, sécurisation des parcours professionnels, revalorisation des métiers à prédominance féminine, parité aux postes de direction…

Autant de propositions portées par la CFTC, dans le cadre de la consultation publique sur le projet de loi pour l’émancipation économique des femmes, lancée en décembre dernier par le Gouvernement. Porté par la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes Marlène SCHIAPPA, le texte sera présenté en conseil des ministres au printemps 2020. Si le renforcement du rôle économique des femmes est essentiel pour faire progresser leurs droits, la CFTC attend surtout de cette loi les garanties d’une réelle autonomie financière pour toutes les femmes.

En attendant, pour fêter la Journée Internationale pour les Droits des Femmes, voici la nouvelle Web-série de la confédération CFTC :

GYNOCRATIE : LA WEB-SÉRIE CFTC QUI PROMEUT L’ÉGALITÉ F-H !

Formation : le congé de transition professionnelle, un dispositif pour changer de métier

Nous serons tous amenés dans les années à venir à devoir changer plusieurs fois de métiers au cours de notre vie professionnelle. C’est pour faciliter ces reconversions permanentes, que le congé de transition professionnelle (CTP) a été créé.

Le projet de transition professionnelle est une modalité particulière de mobilisation du compte personnel de formation (CPF), permettant aux salariés qui souhaitent changer de métier ou de profession, de financer des formations certifiantes en lien avec leur projet.

Durant sa formation, le salarié bénéficie d’un droit de congé spécifique, du maintien de sa protection sociale, d’une couverture contre le risque d’accident du travail et d’une rémunération minimale :

Pour pouvoir prétendre à ce CTP, le salarié doit :

  1. Justifier d’une ancienneté d’au moins 24 mois, consécutifs ou non, dont 12 mois dans l’entreprise. Ces conditions sont supprimées pour les salariés handicapés ou pour certains salariés licenciés (motif économique et inaptitude).
  2. Informer son entreprise en respectant un délai suffisant :
  • 60 jours avant le début de la formation si celle-ci dure moins de 6 mois ou si celle-ci est à temps partiel.
  • 120 jours avant le début de la formation, si la durée de celle-ci est supérieure à 6 mois.

Ensuite, lorsque l’entreprise reçoit la demande de CTP du salarié, elle dispose de 30 jours pour lui répondre (en cas d’absence de réponse, la demande est officiellement acceptée).

A noter :

  • Une entreprise peut différer une demande de CTP dans la limite de 9 mois maximum.
  • Durant la période de formation, le contrat de travail est suspendu mais non rompu.
  • Les salariés en CDI ou en CDD, les intérimaires et les intermittents du spectacle peuvent bénéficier d’un CTP.

Accès à la page “Projet de transition professionnelle” du Site du Ministère du Travail

Accès à la version PDF