La Qualité de Vie au Travail : un enjeu de performance pour ENGIE Ineo

Contrairement à certains pays comme le Canada, la Suède, les Etats-Unis ou le Royaume-Uni, qui considèrent l’erreur comme source d’apprentissage, la France a un rapport à l’erreur très négatif. C’est pour cette raison qu’une grande majorité d’entreprises Française vit mal les erreurs commises par leurs salariés et que ces derniers vivent également mal le fait d’en avoir commis. Finalement, tout le monde dans notre pays vit mal l’erreur alors que l’accepter diminue le stress, renforce la convivialité, accroit la capacité d’innovation, optimise l’organisation du travail, développe les compétences et contribue à la performance économique des entreprises.

C’est d’ailleurs ce que pense Bill Gates quand il déclare que « la seule chose qui freine l’innovation en France, c’est la peur de l’échec […] Aux Etats Unis, l’échec est valorisé car source d’enseignement. Il sert de leçon, au sens strict du terme – vous ne referez pas deux fois la même erreur – et permet de mieux se connaître. Les recruteurs l’évoquent systématiquement avec les candidats : ils le considèrent comme une expérience […] ».

Il est donc grand temps de changer de regard sur l’erreur et d’en faire un véritable levier de reconnaissance et de dynamique positive et constructif au sein de notre entreprise.

Le droit à l’erreur n’est qu’une des mesures proposées par nos Délégués Syndicaux Centraux CFTC ENGIE Ineo, dans leur courrier envoyé le 3 octobre 2018 à la Direction d’ENGIE Ineo (accessible dans notre article du 14 novembre 2018). Un de leurs objectifs 2019 est donc la mise en place d’un accord collectif sur la qualité de vie au travail, afin :

  • de promouvoir la création d’environnements de travail de qualité, dans une logique de co-construction, qui favoriserait le coopération en toute confiance, la dynamique de l’action collective, la convivialité et le bien-être au sein de notre entreprise ;
  • d’inscrire durablement les principes de prévention et d’amélioration des conditions de vie au travail dans les actions quotidiennes de nos Directions Déléguées ;
  • de mettre en place des programmes d’accompagnement et de formation des acteurs clés de la qualité de vie au travail ;
  • de conforter le dialogue social actif et continu sur la thématique de la Qualité de vie au travail.

La CFTC ENGIE Ineo est convaincue que l’épanouissement et la qualité de vie au travail des salariés constituent des ressources essentielles pour la performance sociale, humaine et économique d’ENGIE Ineo.

Accès à la version PDF

Congé paternité : un allongement souhaité par la CFTC ENGIE Ineo

Début 2018, Le gouvernement a confié une mission à l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales), destinée à étudier toutes les possibilités d’allongement, de rémunération et d’information sur le congé paternité.

Actuellement, il existe pour les pères un congé obligatoire de naissance de 3 jours. S’y ajoute, un congé paternité optionnel de 113 jours calendaires qui est pris par environ 70% des pères (étude n°957 de la DRESS). Ce congé peut être pris dans un délai de 4 mois suivant la naissance de l’enfant.

Les écarts salariaux importants que subissent les femmes, particulièrement chez les cadres (-20 % selon l’INSEE), apparaissent souvent suite à une naissance. Un congé paternité allongé, pourrait ainsi être un moyen de mettre fin à ces écarts puisque le « risque » maternité et donc d’absence prolongée, serait peu ou prou le même. Dès l’embauche les inégalités hommes femmes sur des postes à responsabilité seraient de facto réduites.

De nombreuses études font état des bienfaits d’un tel congé sur les compétences cognitives des enfants et sur le bien être immédiat des mères ou de leur carrière.

Certaines entreprises prennent les devants : Aviva et Mastercard par exemple, offrent respectivement 10 et 8 semaines de congé paternité. D’autres vont encore plus loin. Chez Etsy, un congé parental de 26 semaines, payées au salaire plein pour tous les parents, sans considération de genre, est attribué au cours des 2 premières années suivant la naissance ou l’adoption.

A quand ENGIE Ineo dans le peloton de l’excellence ?

Comme ETSY, la CFTC ENGIE Ineo est persuadée que ce qui fait du bien aux familles est bon pour notre entreprise. Elle va donc proposer à la direction d’ENGIE Ineo, lors de la NAO de fin d’année, l’ouverture d’une négociation avec comme objectif la mise en place d’un accord participant à la construction d’un monde plus juste.

Accès à la lettre ouverte à Emmanuel Macron demandant de soutenir

Accès à la version PDF

Réforme des retraites : ça va secouer !

A l’heure où les regards sont tournés vers la réforme des cotisations salariales engagées par l’état, on aurait presque oublié qu’un autre bouleversement de taille se profile sur le plan des cotisations sociales… La fusion des régimes de retraites complémentaires des salariés du privé : l’Agirc pour les cadres et l’Arrco pour l’ensemble des salariés.

Qu’est-il prévu précisément pour janvier 2019 ?

Une fusion des deux régimes :

  • les taux et les assiettes de cotisation seront désormais les mêmes pour tous les salariés ;
  • les cadres n’auront plus qu’un seul régime complémentaire au lieu de deux actuellement.

Une augmentation du “taux d’appel” des cotisations prélevées sur les salaires.

Actuellement, sur 125 euros cotisés, seuls 100 euros génèrent des droits à la retraite, le reste servant à équilibrer les comptes des régimes. Soit un “taux d’appel” de 125%. En 2019, ce ratio passera à 127%.

Le remplacement, par 2 nouvelles contributions « d’équilibre », de la garantie minimale de points, la contribution exceptionnelle et temporaire et la cotisation AGFF avec comme conséquence, là encore, une hausse des cotisations sur les salaires.

Mais abordons le point subtil de cette réforme, caché dans la mise en place du coefficient dit « de solidarité » : Les salariés du privé, nés à compter de 1957, décidant de partir à la retraite à l’âge minimum légal de 62 ans et qui ont tous leurs trimestres de cotisation nécessaires, se verront appliquer un malus de 10% sur leurs pensions complémentaires durant trois ans.

Ceux qui décaleront leur départ à la retraite bénéficieront pendant 1 an d’un bonus de :

  • 10% pour 2 ans de décalage (départ à 64 ans) ;
  • 20% pour 3 ans de décalage (départ à 65 ans) ;
  • 30% pour 4 ans de décalage (départ à 66 ans).

C’est donc à 63 ans, avec tous vos trimestres, que vous pourrez prétendre à une retraite à taux plein. C’est ça la nouveauté : l’idée de l’âge pivot défendu par le Medef !

Et cet âge là, 63 ans, pourrait augmenter à l’avenir. En effet, demain pour avoir son taux plein vous partirez peut-être à 64, 65, 66 ans ou plus. Bien que le gouvernement refuse de parler d’âge pivot, Agnès Buzyn, la ministre chargée des retraites, invitée du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI du 21 octobre 2018, n’a pas formellement rejeté ce principe :

Afin de minimiser l’impact de cette réforme sur vos futures retraites, la CFTC ENGIE demande à la direction d’ENGIE l’ouverture d’une négociation dont les objectifs seront :

  • de généraliser l’accès de tous les dispositifs retraite du Groupe et de ses entités à tous les salariés d’ENGIE et de ses entités ;
  • la mise en place d’un accord et plan d’action Groupe pour maintenir en activité les salariés séniors.

Accès à la version PDF

Une Economie déboussolée !

Oxfam France et le BASIC (Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne) ont publié une étude inédite sur le partage de la richesse au sein des entreprises du CAC40, mettant en lumière une tendance lourde dans les choix économiques de ces grandes entreprises qui contribuent à alimenter la spirale des inégalités. En effet, les richesses n’ont jamais été aussi mal partagées depuis la crise au sein des grands groupes, qui choisissent délibérément une course aux résultats de court terme pour conforter les actionnaires et les grands patrons au détriment des salariés et de l’investissement”, a dénoncé Manon Aubry, porte-parole d’Oxfam France.

ArcelorMittal, Engie et Veolia sont, dans l’ordre, ceux ayant les taux les plus élevés de redistribution des bénéfices en dividendes aux actionnaires, soulignent les deux ONG.